Première de Mamma Mia en Français à Paris

Le 28 octobre 2010 au Théâtre Mogador

Gateau de Mariage

Le Spectacle

     

      

Björn


Les Autres Invités

 

Après le Spectacle

A La Sortie

Nous y étions aussi

Les Vidéos

 

 

La Presse


 

« Mamma mia » : euphorisant !

Bâti autour des chansons du groupe Abba, le show commence dans dix jours au Théâtre Mogador. Nous avons assisté à la première représentation publique : ça va cartonner.

   

JEAN-LOUIS PICOT ET MAGUELONE BONNAUD | 21.10.2010, 07h00

La première… avant-première. Quelque 1 600 privilégiés ont pu assister mardi soir, au Théâtre Mogador, à la première représentation publique de « Mamma Mia », version française, dix jours avant le lancement officiel.
Arriver après le triomphe de la comédie musicale à Broadway vue par 42 millions de spectateurs à travers le monde doublé d’un beau succès au
avec et , n’était pas une mince affaire.

Autre écueil : l’adaptation en français des vingt-deux chansons du groupe Abba, sur lesquelles repose le spectacle.
Pas évident d’entendre dans la langue de Molière des tubes qui tournent depuis trente ans en anglais. Un peu d’indulgence s’impose, le traducteur aidé du parolier d’Abba, Björn Ulvaeus ayant parfois cédé à une trivialité facile… Mais la musique prend largement le dessus.

Des numéros burlesques hilarants

Après un démarrage en douceur, l’adaptation de « Money money » lance vraiment le spectacle. « J’suis pas millionnaire… » Premières apparitions des vingt-cinq danseurs et premiers frissons. Les chorégraphies, joyeuses et enlevées, vont dynamiter ce « Mamma Mia » frenchy. Impression confirmée dans la foulée avec un « Dancing Queen » survitaminé où la troupe donne toute sa mesure. Le décor, sobre et amovible, nous transporte avec simplicité dans la chaleur d’une île grecque, où se prépare le mariage de Sophie. Pour célébrer les noces de sa fille, qu’elle a élevée seule, Donna a invité Rosie et Tanya, ses deux anciennes comparses de cabaret, qui se livrent à des numéros burlesques hilarants. L’histoire de Sophie, à la recherche de son père inconnu pour la mener à l’autel, est rocambolesque et menée tambour battant jusqu’à un final euphorique.
Certes, pour ce baptême du feu, on sentait les chanteurs un peu dans la retenue. Mais ils auront largement le temps de se roder ; le spectacle étant programmé pour de longs mois. Le dernier musical de Mogador, également produit par Stage Entertainment, « le Roi Lion », a été joué… trois ans jusqu’à cet été.
Tout le monde finira debout pour la scène du mariage avec un « I do, I do, I do », transformé en « Dis-lui oui » très réussi. Comme dans le film, on aura droit à « Waterloo », premier tube d’Abba, en bonus et en anglais. Plutôt une bonne idée. Nul doute que le public sera conquis par ce spectacle euphorisant. Plus de 100 000 places ont en tout cas déjà été achetées selon la production. On quitte Mogador avec le sourire et une énorme envie de se jeter sur une bonne vieille compil du groupe suédois. Ça tombe bien, un double best of vient juste d’être réédité. « There is No Business Like Show Business » comme ils disent.

« Mamma mia », à partir du 28 octobre, Théâtre Mogador, 25, rue de Mogador, Paris IXe. Tarif : de 25 à 82 €.
www.mogador.net. Tél. 0.820.88.87.86.

 

Musical Avenue

Fous de Théâtre

Parisienne à Paris

France Soir

Les Echos

Le Figaro

 

 

Mamma Mia en Français

Présentation

Les Autres Productions

L'album Live du Spectacle

Mon DVD Souvenir